Tillou Crèche : Interview de Romain Gallon

catégorie(s) : Global
publié le
Tillou Crèche

Aujourd’hui, Romain Gallon, fondateur et gérant de Tillou Crèche, répond à nos questions concernant son parcours, l’impact du confinement sur son activité et ses futurs projets !

Pouvez-vous nous présenter l’histoire de Tillou Crèche qui compte aujourd’hui 9 sites en Île-de-France ?

J’ai créé Tillou Crèche fin 2014 avec une première ouverture à Emerainville (77) avec le soutien de la ville.

Fort de mon expérience au sein d’un important opérateur de crèches, j’ai créé Tillou Crèche pour entreprendre bien-sûr mais aussi pour retrouver une proximité à taille humaine avec les équipes, les familles et les enfants.

Depuis, Tillou gère neuf crèches en Ile-de-France dont 6 micro-crèches. L’équipe représente 48 professionnels engagés qui accueillent chaque matin plus de 130 enfants, une chance et un défi de tous les jours.

Quelle est la « marque » de fabrique de Tillou Crèches ? 

Notre «marque » de fabrique est l’implication des familles dans la crèche. Nous souhaitons des crèches comme à la maison. C’est pourquoi les familles sont très investis dans le quotidien de la crèche.

Tillou Crèche et ses équipes s’appuient sur nos valeurs fortes : confiance – respect – convivialité :

  • Confiance des familles qui nous confient chaque jour leurs enfants mais aussi entre nous. Chacun s’investit pour faire de Tillou des crèches de grande qualité.
  • Respect des enfants et de leurs rythmes, respect des familles et de leurs attentes et respect des équipes et de leur bien-être.
  • Convivialité pour que les enfants s’amusent mais les professionnels et les parents se rencontrent dans la bonne humeur.

Tillou a développé depuis 2 ans un programme autour de l’écologie au niveau de la pédagogie (projet autour de la nature, mis en place du tri par les enfants et les équipes) et de le crèche (alimentation biologique, produits d’hygiène écolabellisés, recyclage,…)

Le secteur de la Petite Enfance a été frappé de plein fouet par la crise du COVID-19. Comment avez-vous réagi et organisé l’accueil des enfants ?

En effet, à la suite des annonces gouvernementales du 12 mai dernier, nous avons dû fermer toutes les crèches pour les rouvrir que le 12 mai. Ces deux mois de fermeture ont été assez complexe à gérer. Il a fallu dans un premier temps fermer les crèches, rassurer les équipes et communiquer auprès des parents.

Le déconfinement a été plus délicat encore car ou nous avions très peu d’informations sur comment rouvrir les crèches ou ces informations sont arrivées très tardivement. De la même manière, il a fallu énormément rassurer les équipes pour qu’elles reviennent dans les crèches et communiquer auprès des familles pour à la fois les rassurer et savoir si elles souhaitaient nous confier leurs enfants. Tout le mois de mai, nous l’avons vécu au jour le jour avec un sentiment mélangé de questionnements et de joie de pouvoir à nouveau accueillir les familles.

Le soutien de la CAF aux crèches lors de cet épisode sera-t-il suffisant ?

Pendant ces deux mois d’arrêt, nous avons placé l’ensemble des équipes Tillou Crèche en activité partielle et depuis le 16 mars, la CAF nous aide à hauteur de 17 € par jour et par place fermée. Bien sûr que cela ne couvre pas l’ensemble de nos charges (loyer, fluide, amortissement, siège social, …) mais c’est aussi une chance que la CAF puisse nous aider. Ce n’est pas le cas de tous les secteurs durement touchés aussi. Le plus difficile nous semble à venir avec le retour très progressif des familles et des incertitudes sur la rentrée 2020. Ces aides de la CAF devront être sur la longueur pour nous aider à passer ces difficultés.

Quels sont vos futurs projets de développement ?

Tillou Crèche reste solide et confiant pour l’avenir. Nous travaillons sur 2 projets d’ouverture mais qui ont été décalés de septembre 2020 à janvier 2021 étant donné le manque de visibilité et la difficulté de réaliser des projets dans ces circonstances (délais des entreprises de travaux incertains, difficulté de joindre nos interlocuteurs, délais de livraison et incertitude sur les demandes des familles, …)

Merci Romain Gallon d’avoir répondu à nos questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *