Interview de David Deliancourt, Responsable HSE des Petits Chaperons Rouges, réseau de crèches appartenant au Groupe Grandir

catégorie(s) : Global
publié le
Petits Chaperons Rouges

AC-WS : Bonjour David, merci de bien avoir voulu répondre à nos questions. Pouvez-vous commencer par nous présenter votre parcours ?

DD : Bonjour Maximilien. Merci à vous pour cet échange, sur un sujet au cœur de l’actualité et des préoccupations : l’hygiène et la sécurité au sein des crèches !

Pour me présenter brièvement, j’ai fait des études dans l’agroalimentaire et l’hygiène. Après un DUT en Génie Biologique, j’ai obtenu un Master en Qualité Environnement et Sécurité sanitaire, spécialisé en microbiologie. Ces deux diplômes ont été ponctués par des stages et de l’alternance, dans des industries agroalimentaires (Nestlé et Sainte Lucie) me permettant d’être confronté rapidement aux enjeux de la qualité et de la sécurité sanitaire.

AC-WS : Quelles sont vos différentes missions au sein des crèches Les Petits Chaperons Rouges ?

DD : Je travaille depuis maintenant plus de 4 ans au sein des Petits Chaperons Rouges en tant que Responsable HSE (Hygiène, Sécurité, Environnement). 

Ma mission est de veiller au bon déploiement de la politique du Groupe sur les thématiques HSE. Ceci, afin de répondre aux exigences réglementaires de nos instances de tutelle (que sont la Protection Maternelle et Infantile, et la Direction Départementale de la Protection des Populations qui nous contrôle régulièrement). Ce bon déploiement passe par un bon accompagnement des équipes en crèche : par la mise en place et le suivi de nos process, la construction et l’animation de formations, la réalisation d’audits ainsi que la rédaction de protocoles et procédures.

L’accompagnement des équipes sur les 3 sujets est primordial :

  • En termes d’hygiène, pour veiller à la sécurité sanitaire des aliments et des mesures d’hygiène, propres au domaine de la petite enfance (et qui sont très exigeantes !).
  • La sécurité concerne les sujets liés à la sécurité incendie et au risque d’intrusion. Les équipes sont régulièrement sensibilisées au travers d’exercices dans les locaux, en présence des enfants.
  • Enfin, la partie environnement touche plusieurs domaines : la qualité de l’air intérieur, le déploiement de produits d’entretien éco-responsables et écologiques, et la sensibilisation aux éco-gestes (tels que la réduction des déchets). Très sensibles aux questions de RSE (Responsabilité Sociale de l’Entreprise), nous mettons en place de nombreuses démarches favorables à l’environnement au sein de nos crèches.

AC-WS : Comment vous assurez-vous de la bonne application des protocoles de nettoyage en crèche ?

DD : Nous avons mis en place 3 leviers afin de nous assurer de la bonne application des protocoles de nettoyage au sein de nos crèches.

  • Tout d’abord, avant toute vérification, il est primordial que l’ensemble des équipes soit formé. La formation et le développement des compétences est ainsi un enjeu majeur dans la politique RH des Petits Chaperons Rouges. De nombreuses formations (en présentiel et en e-learning) sont mises en place afin de sensibiliser les équipes terrain sur nos obligations en termes d’hygiène, et de les former sur les protocoles d’hygiène et de sécurité.
  • Ensuite, il est nécessaire de fournir du matériel adapté et facile d’utilisation. Le fournisseur qui nous accompagne répond à ces critères, ainsi qu’aux exigences liées à la petite enfance. De plus, la gamme de nos produits est restreinte, afin d’éviter les confusions lors de l’utilisation. Les produits d’entretien disponibles sont prêts à l’emploi afin d’éviter les erreurs de dilution et de manipulation.
  • Enfin, des audits hygiène terrains sont régulièrement réalisés par l’équipe HSE. Des prélèvements de surface sont également faits, de manière inopinée, par un laboratoire externe. Ces contrôles de surface (plan de travail de la cuisine, de la vaisselle, des biberons..) permettent de vérifier à un instant T le respect des pratiques. En fonction des résultats des audits ou des prélèvements de surface, des plans d’actions personnalisés sont proposés aux crèches pour corriger une mauvaise pratique : formation, rappel sur un protocole, etc. Ainsi, la boucle est bouclée !

Toutes ces démarches d’hygiène et de sécurité s’inscrivent dans nos engagements en tant que marque employeur. Il est en effet de notre devoir de veiller à la sécurité et au bien-être de nos professionnels. De bonnes conditions de travail leur permettent d’offrir à chaque enfant un accueil de qualité qui réponde aux exigences de notre Groupe.

AC-WS : L’utilisation des produits d’entretien en crèche est souvent un sujet sensible. L’utilisation de produits « chimiques » pour le nettoyage de surfaces touchées par les enfants tout au long de la journée peut en effet être source d’angoisse pour les parents. Quels protocoles utilisez-vous pour la sélection des produits ?

DD : C’est en effet un sujet auquel nous sommes très sensibles et sur lequel nous apportons une vigilance toute particulière au sein des crèches Les Petits Chaperons Rouges. 

Soucieux de la sécurité des enfants et des enjeux environnementaux, nous privilégions les produits éco-labellisés (par ex. Eco détergent lancé par Ecocert en 2006, NF environnement en 2005). Ces produits ont les mêmes propriétés désinfectantes (virucide, fongicide, bactéricide) que les produits traditionnels mais sont plus respectueux de l’environnement et, de la santé des utilisateurs et des enfants (composition, moins agressifs et moins volatils).

Nous veillons également, dans chacune de nos crèches, à compléter ces protocoles avec des phases d’aération des locaux pour améliorer la qualité de l’air intérieur (élimination des germes, des polluants et des composés chimiques volatils).

AC-WS : Avec la tendance générale actuelle, nous voyons de plus en plus de produits estampillés Bio, ou développement durable sur le marché. Leur utilisation est-elle tout aussi efficace que les produits dits « traditionnels » ?

DD : Oui, ces produits estampillés bio ou développement durable sont également efficaces. Le facteur essentiel à prendre en compte est le niveau de désinfection souhaitée. Derrière ces appellations “bio” ou “développement durable”, il convient de différencier les produits dits “fait maison” et les produits professionnels. 

Dans les produits d’entretien “fait maison” on retrouve très largement le vinaigre blanc et le bicarbonate de soude. Ces produits ont une certaine efficacité que nous avons d’ailleurs testé. Les résultats microbiologiques étaient globalement satisfaisants sur les surfaces contrôlées, mais non réguliers (problème de dilution, de manipulation). Nous avons ainsi décliné des protocoles permettant d’utiliser ces produits dans nos crèches mais pour des surfaces et du matériel spécifiques (nettoyage des vitres, entretien des chauffes biberons, mobilier, etc.). Avec ce type de produit, il convient de préciser qu’il s’agit plutôt d’une décontamination de surface que d’une désinfection. La décontamination éliminera moins de microorganismes que la désinfection.

Les produits “faits maison” ne sont donc pas incompatibles avec les crèches mais afin d’assurer le niveau de désinfection exigée dans le secteur de la petite enfance, ils doivent être complétés par une gamme de produits professionnels plus “traditionnels” afin d’assurer un niveau de désinfection adéquat.

AC-WS : Nous pouvons également voir apparaître de nouveaux produits basés sur l’hydrolyse. Ils sont annoncés comme virucide, bactéricide, détergent, dégraissant etc. Avez-vous déjà essayé ces produits ? Tiennent-ils toutes leurs promesses notamment sur les propriétés virucides ?

DD : Oui, nous avons déjà eu la possibilité de tester ce type de technologies sur des crèches du Groupe. Très simplement, il s’agit d’une solution d’eau et sel électrifiée, qui permet une détergence et une désinfection des surfaces.

Sur les structures où nous avons testé cet appareil, les résultats étaient globalement satisfaisants d’un point de vue bactérien. A l’époque de nos tests, aucune étude sur l’action virucide n’avait été lancée. Ces technologies semblent intéressantes pour des petites structures telles que les micro-crèches où un ou deux appareils suffisent pour la réalisation du nettoyage complet des locaux et du matériel. Cependant, le prix reste assez élevé et peut donc représenter un investissement assez important pour de plus gros établissements.

Un point enfin reste à tester. Quelle est l’efficacité de ces technologies en période épidémique (grippe, rotavirus, coronavirus, etc.)? Permettent-elles d’assurer une désinfection complète des surfaces et du matériel ?

AC-WS : Comment la crise du Covid a-t-elle impacté votre année 2020 ?

DD : Cela a évidemment été l’événement marquant de l’année ! En effet, dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, nous avons dû, dans un laps de temps assez restreint, revoir l’ensemble des procédures de nettoyage et de désinfection des surfaces et du matériel de nos crèches, et faire face à de nombreuses ruptures de produits d’entretien et de consommables chez nos fournisseurs. Les produits d’entretien déjà en place sur nos structures ont permis de répondre aux normes sanitaires afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19, mais les stocks ont été difficiles à maintenir à cause des nombreuses ruptures. Il a fallu s’adapter à la situation et aux matériels disponibles (gants, masques, produits d’entretien) pour assurer l’hygiène des locaux et la sécurité de chacun : des familles et de nos équipes. Nous pouvons cependant dire que cela a été chose faite et réussie, puisqu’aucun cas de Covid-19 n’a été observé au sein de nos crèches !

Pour 2020, le principal enjeu sera la sensibilisation des équipes sur le risque épidémique et sa gestion au quotidien sur nos établissements.

Notre mission d’intérêt général consistant à assurer un accueil pour tous les enfants inscrits chez nous, représente un vrai défi dans ce contexte et nous positionne en partenaire fiable pour les entreprises ou collectivités qui nous ont fait confiance. Quoiqu’il arrive nous nous devons de nous adapter sans compromis sur la qualité de notre service.

A propos du Groupe Grandir, Les Petits Chaperons Rouges : 

Groupe international d’éveil et d’éducation, le Groupe Grandir accueille plus de 30 000 enfants et leurs parents chaque semaine dans 600 crèches et écoles maternelles en France, Allemagne, Angleterre, Canada et Etats-Unis. Acteur de référence, il sert l’intérêt général à travers l’éducation grâce à ses 9000 collaborateurs. En France, le Groupe opère sous la marque Les Petits Chaperons Rouges depuis les années 2000. Soucieux d’accompagner les entreprises dans leur politique sociale, le Groupe Grandir met à disposition depuis 2016 un bouquet de services aux salariés permettant de : Bien grandir, Bien vivre, Bien vieillir. Aujourd’hui, plus de la moitié des 100 premiers employeurs en France, des centaines de PME / ETI ont choisi ses solutions d’accompagnement de la famille en entreprise.

FacebookLinkedInInstagramYouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *